Etats d'âme

IL

« Son âme aime à garder ses secrets. Il fascine pour son côté énigmatique, sa beauté difficile à interpréter. Son âme est ce qu’il a de plus précieux et intime : il ne la dévoile qu’à ceux en qui il a profondément confiance. Sa discrétion attise la curiosité et donne envie d’en savoir plus ».

C’est ainsi qu’on le décrit souvent, un peu à la manière dont on peint un tableau. Il s’en amuse sachant que la nature humaine, dans sa complexité, ne peut s’empêcher de tenter de percer cette énigmatique discrétion.

C’est aussi une façon de se protéger des jugements, bien qu’il n’y accorde que peu d’importance. Il a ce sens du détachement que peu d’entre nous possède.
Il a cependant une particularité : Il a pleinement su préserver son âme d’enfant en gardant à l’esprit ce que Jean Vanier déclarait, en son temps : « Le drame de l’être humain, c’est qu’il veut être un adulte fort, honoré, et il oublie qu’il est un petit enfant en quête de communion ». Il sait que cet enfant sommeille encore en lui et il le laisse, de temps à autre, se réveiller histoire de ne pas sombrer dans cette routine d’adulte aux rêves déjà étouffés.

Il sait se suffire à lui-même et n’a pas désespérément besoin de présence humaine, mais est heureux de retrouver parents ou amis et de faire de nouvelles rencontres. Ainsi, il est à la fois plus sociable et plus indépendant que la plupart des gens, ni accro à la foule, ni accro à la solitude ; plutôt autonome et pourtant assez ouvert aux autres. Une fois seul, la plupart du temps, il sait s’occuper sans ressentir le besoin compulsif d’appeler un ami ou de sortir prendre l’air. Pour lui, la peur de la solitude est comme la peur du noir : elle n’est pas fondée. Ce n’est pas pour autant qu’il recherche l’isolement, loin de là.

Il vit ici et maintenant, pas hier ni demain ! Hic et nunc, ici et maintenant ; carpe diem, profite du jour présent ! Il a compris qu’il n’y a pas d’autre temps que l’instant présent et que le vivre pleinement est le seul moyen d’atteindre ses objectifs et de se garantir de beaux souvenirs. Rien ne sert donc de ressasser sans fin le passé ou d’anticiper l’avenir avec espoir, appréhension ou anxiété : la vie se vit sur l’instant, ou jamais !
Pourtant il n’aime pas fixer de limites à son imagination ou à ses envies : ses projets sont souvent motivés par la liberté et il ne s’embarrasse pas vraiment de conventions ou de pragmatisme. Il compose avec dextérité avec les contraintes de la vie quotidienne et ne rencontre pas de difficultés particulières à s’engager. S’il arrive si bien à gérer la pression et son rapport à la routine, c’est parce qu’il sait quand il lui faut prendre du recul. Il se réserve toujours une petite marge de liberté qui lui permet de ne pas se sentir enfermé et de s’épanouir pleinement.

IL c’est peut-être vous, nous, moi…

Fabrice Salembier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.