Etats d'âme

Souvenirs scolaires : un goût de douce madeleine

Souvenirs scolaires : un goût de douce madeleine

Il y a une quarantaine d’années, lorsque tu te rendais à l’école sans tes tartines, on te considérait comme « pauvre ». De nos jours, lorsqu’un enfant prend sa collation pour se rendre au cours, les regards moqueurs se tournent vers lui « T’as vu, ses parents ne savent même pas lui donner de l’argent pour qu’il puisse se nourrir… »

Quant ta tartine, ton fruit tombait au sol, tu t’empressais de la/le ramasser, de la/le frotter et tu t’en sustentais. A la cantine, pas de gant, pas de filet…C’était comme à la maison.

Quand tu rentrais, on te demandait comment cela avait été la journée scolaire et tu t’appliquais à démontrer ce que tu avais appris et si quelque chose coinçait, papa et maman étaient là pour te l’expliquer.

Quand tu étais puni, la sanction était doublée à domicile. Quand les résultats ne suivaient pas, tu en étais l’unique responsable.

Il faut certes évoluer avec son temps, en fonction de la société MAIS si cette société est au bord du gouffre, doit-on la suivre aveuglément ? N’est-ce pas au moment du parcours scolaire qu’il est important de s’ouvrir, de découvrir, de développer l’esprit critique qui permettra à la jeunesse de créer un nouveau …meilleur monde ?

Photo non contractuelle

Photo non contractuelle

Il est loin le temps du respect, de l’apprentissage de savoirs (être et vivre). C’était le temps du temps au temps… Mais il n’est pas trop tard pour réagir si…on s’y prend à temps.

Laisser un commentaire