Benin

Si vous venez à Ouidah, consommez Ouidah

Cher(e)s ami(e)s touristes en visite à Ouidah

Je vous vois vous promener dans Ouidah, je vous vois vous arrêter à une terrasse, je vous voir manger dans un maquis, je vous vois prendre des photos, je vous vois, souvent, entouré d’une horde de guides béninois et j’ai envie de me dire que Ouidah revit…

Mais cette envie devient rapidement pieuse comme un vœu. Pieuse parce que certains de ces mêmes guides, trop souvent, enlèvent le pain de la bouche de leurs frères et sœurs. Comment expliquer qu’ils vous refusent d’acheter un objet d’art, un tissu à la Forêt sacrée, comment expliquer qu’ils vous suggèrent – parce que vous n’auriez pas le temps – de ne pas visiter les petits artisans de la plage près de la Porte du non-retour ?

Ces guides ont sans doute leurs propres réseaux de vente et vous paierez alors le prix fort parce qu’ils doivent aussi toucher quelques billets de leurs partenaires … Le système est bien huilé, vous n’y verrez que du feu…

A vous voir, et je peux comprendre qu’en ne connaissant rien de l’endroit visité, on est méfiant mais cette impression de « all inclusive » me taraude. On arrive en voiture, en minibus et on suit celui qui nous encadre… C’est ainsi. Et si l’un d’entre vous commence à palabrer avec un vendeur du coin, ce dernier se verra critiquer, voire insulter par son propre frère… C’est lui aussi qui va négocier au rabais un prix déjà fortement bas pour une visite et votre hôte du jour n’aura d’autre choix que de dire oui parce qu’il doit avoir un peu d’argent pour vivre ! Négociez-vous le prix à la carte du restaurant en Europe ? Négociez-vous le prix de la baguette chez le boulanger ? Je ne le pense pas…Quant à l’art, c’est autre chose, je le reconnais bien volontiers…

Je vous invite donc à sortir des sentiers battus, à écouter les petits artisans du coin vous expliquer les origines de leurs objets, la manière dont ils ont été fabriqués… Ces objets ont une histoire et les artisans vous la conteront avec le sourire. Ils ne vous forceront pas la main, soyez-en assurés…

Et puis, n’est-ce pas de l’Occident que vient cette envie du « consommer local » ?

Alors suivez ce que vous exhortez les autres à faire : à Ouidah, consommez Ouidah.

Catégories :Benin

Tagué:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.