Benin

OUIDAH-ville, ses quartiers, son « vivre ensemble », son attente

Ouidah est située au sud-ouest du Benin, dans le Département de l’Atlantique, à 4okm de Cotonou, à 50km de la frontière du Togo et à 65km de la frontière du Nigeria. Elle est traversée au sud par l’Océan Atlantique.

Nombre d’habitants : environ 197.720 en 2016 pour 365 km²

Si elle est connue mondialement pour le vaudou (vodoun) et pour avoir été un port négrier, les quartiers qui la composent sont, de facto, chargés d’histoire…

Quartier Sogbadji : C’est le quartier du fort anglais et aussi l’un des grands quartiers religieux de Ouidah, base de toute la congrégation religieuse du sud – Bénin et où réside le grand prêtre Vodoun : Hounon – Dagbo. Il fut fondé par Zossoungbo, membre de la toute première ethnie Hwéda et ancien hamacaire du roi Houffon, le dernier roi de Savi. Son nom Sogbadji désigne l’esplanade du dieu du tonnerre.

Quartier Docomê : Fondé par Ahombacla, prince des Hwéda de Savi . Son oncle Kpatè de la suite de Possi facilita le premier débarquement des européens à Ouidah en leur faisant des signaux avec son pagne attaché à un bâton. Ce quartier a abrité le Fort portugais. Les guerriers d’Abomey le prirent d’assaut. Tombé entre les mains des dahoméens dirigés par Kawo et Fossou, les portugais abandonnèrent le fort et incendièrent les maisons. Mais Fossou fit reconstruire tout le quartier par ses hommes.

Quartier Zomaï : Fondé par Francisco de Souza, brésilien, ancien officier de l’armée portugaise, dit-on mais le plus grand esclavagiste de tous les temps. Premier Chacha dignité créée par le roi Ghézo. Zomaï signifie « où le feu ne va pas ». Expression imagée ou simple euphémisme ? Le seigneur des lieux redoutait-il un incendie qui risquerait de dévaster sa riche propriété et tout le quartier pour lui avoir donné le nom de Zomaï ? La résidence y fut bâtie en 1894. Pour certains, il souhaitait y vivre tranquille à l’abri des incendies. Pour d’autres, l’installation d’une poudrière faisait redouter l’agression des compagnies de traite ou pour décourager l’assaut des esclaves et de fréquents combats.

Quartier Blêzin ou Brésil : il est fondé par Francisco de Souza. Prononcé Blêzin pour la couche analphabète de la population qui a des difficultés à prononcer la lettre R souvent transformée par elle en L ou H. Son fondateur a rêvé y créer un coin de terre en souvenir de son pays natal. Quartier de style de vie bourgeois, certains familles y ont joué un rôle politique et économique important et l’ont élu comme une zone résidentielle. On comptera parmi elles Houenou plus comme sous le nom patronymique de Quenum, Joaquim d’Almeida.

Quartier Maro : Le nom  » Maro  » d’origine haoussa, signifie étranger. Ce quartier qui abrite aujourd’hui encore la plus grande mosquée de Ouidah, est créé dit – on à partir d’une partie du quartier Zomaï concédée par Francisco de Souza à d’anciens esclaves de souche nago originaires du Nigéria. Mais de l’avis de Casimir Agbo, ce quartier fut fondé en 1812 par d’anciens esclaves vendus au Brésil et rapatriés. Ils sont originaires des diverses contrées du Bénin. Un terrain leur fut concédé par le roi Ghézo à Ouidah. Les intéressés payaient tribut au roi. Le problème qui se pose est de savoir si le rapatriement de ces esclaves a eu lieu avant celui des esclaves revenus au Dahomey en 1835 grâce à la révolte des « Malè ». La réponse à cette question s’impose pour préciser la date de fondation de ce quartier :1812 ou 1835 ?

Quartier Tovè : Un des plus vieux de Ouidah, fondé par le roi Kpassè sous le règne de qui apparut une conception économique du royaume fondée sur l’agriculture. Ce quartier abrite la ferme historique appelée « ferme de kpassè » ou Gléhoué (la maison de champ) devenue la ville de Ouidah, ce qui fait qu’on désigne Ouidah sous son second nom de  » Gléhoué-Kpassè « .

Quartier Ganvè : Fondé par un français, le fils aîné de Joseph Olivier de Montaguère, le premier européen qui vint s’installer à côté du quartier Ahouandjigo

Quartier Fon sramè signifie le quartier des fon. Subjugués par les Aboméens après la conquête du royaume de Savi par les rois Agadja et son fils Tegbessou, les Houeda désertèrent leur pays. Les fon y ont élu domicile et placé la cité sous surveillance. Leur quartier était dirigé par le second chef de l’armée d’Abomey tandis que Kawo assurait la surveillance de la ville en même temps que la gestion de son quartier « Kawo sramè ».Kawo-Sramè : Kawo, fils du grand conquérant Dossou Agadja, il devint gaou, ministre de l’armée et s’était vu confier par Tégbessou la cité conquise.

Quartier Zongo : Situé à proximité de Fon-Sramè, ce quartier abrite des gens étrangers par leur culture et leur religion, immigrés du nord de Dahomey et du Niger. Dans ce quartier, le roi Agadja fit édifier un temple (To-Lègba), dieu lare consacré à la protection de la vieille cité de kpassè et connu sous le nom de « Agadja-Lègba » très redouté et à qui la population voue une vénération très remarquée. Le voisinage du quartier Zongo qui abrite cette divinité et le quartier Fon-Sramè, zone résidentielle des Fon montre que la déférence qui lui était réservée au départ servait d’appui et de protection aux colons fon. En effet, ceux-ci recherchaient par prudence le soutient d’une divinité susceptible de les défendre contre les agresseurs à qui ils avaient ravi leur territoire. Il est intéressant de noter que dans leur lutte contre le vodouisme, les prêtres de l’église catholique ont dédié à la vierge marie de l’immaculée conception la maison du seigneur face au temple du dieu python, le Hweda dangbé vodoun. Dans le quartier Zongo les protestants à l’église méthodiste ont élevé leur temple de prière face au sanctuaire du « To-lègba-d’Agadja ».

Quartier Boya-Sramè : C’était la résidence d’un personnage historique important à qui le roi Ghézo confia la charge de surveiller les opérations d’embarquement des esclaves au port de Ouidah.

Quartier dit « place Kindji » : Son nom est rattaché à l’histoire du partage de l’héritage de Don Francisco de Souza décédé entre ses trois enfants, Isidoro, Ignacio et Antonio. Les deux aînés comblèrent le roi Ghézo ami intime, conjuré de leur père, de cadeaux pour qu’il déshéritât le troisième. Le souverain les invita à Abomey pour régler le différend. Mais contrairement à leur attente, il commença par prélever les trois quarts de ce que le défunt a laissé comme héritage. A l’aîné, il conseilla de se contenter de la charge de son père. A chacun des deux cadets, il donna une maison ; l’une à Zomaï, l’autre à l’emplacement d’un ancien cimetière où se situe la maison d’Adjido. Mécontent de s’être vu attribuer une mauvaise part de l’héritage de son père, Antonio entra en dissensions avec ses frères et déclara que cet endroit porte les vestiges de la discorde, de la haine d’où Kindji (Kin = haine, rancune).

Quartier Quenum : Nous avons déjà montré que la famille Quenum réside au quartier Blèzin, mais Casimir Agbo lui attribue un quartier spécifique et qu’il baptise quartier Quenum, faisant d’Azanmado Houenou le fondateur. Ceci explique l’importance du rôle politique joué par ce personnage de très grande progéniture et qui avait été grand cabecère et chef chargé du commerce du roi Ghézo.

Vivre ensemble

Alors que les hommes se déchirent un peu partout au nom des religions, il est remarquable de constater que Ouidah mélange différents cultes religieux sans tensions palpables : adeptes du vodoun, catholiques, protestants, musulmans et autres vivent les uns à côté des autres en harmonie et dans le respect. En ces temps, cela mérite d’être souligné.

Son attente

Outre le fait que le touriste tarde à revenir en nombre, facteur économique qui pourrait faire renaître la ville, il reste cependant, historiquement parlant, un manque profond :à savoir, le pardon de la Communauté internationale pour les actes d’esclavagismes perpétrés. L’idée que les nations concernées puissent « cracher » leur pardon est bien présente et serait souhaitable et souhaitée…

Catégories :Benin

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.