Benin

1ère semaine au Bénin

Arrivé dans la soirée du mardi 29 septembre, c’est le choc thermique. Le yovo (blanc) que je suis s’est pris une bouffée de chaleur en pleine tronche. Un chauffeur nous a alors conduits au Maquis de Clarisse, endroit où nous sommes restés deux nuits et où le poulet yassa (citron et oignons) est de bonne facture.

Cour du Maquis de ClarissePoulet Yassa au Maquis de Clarisse

Les premiers rendez-vous se sont déroulés dans les bureaux du WBI (Wallonie Bruxelles international) avec des juges, des responsables des services de protection de la jeunesse. Nous avons alors pris la route pour Porto Novo en vue de visiter la ferme de Shongaï (je vous invite d’ailleurs à visionner les vidéos qui circulent à ce sujet du you tube). C’est l’Afrique qui avance !

Bureau de WBI

L’arrivée à Ouidah le jeudi matin fut consacrée à la rencontre d’une émissaire de l’Ambassade du Japon et d’une visite d’une des familles d’accueil de PST (Pieds Sur Terre). J’ai eu aussi l’occasion de rencontrer certains éducateurs de notre centre.

Le vendredi, un trajet de 3H30 nous a menés à Cove pour y rencontrer d’autres partenaires de nos actions. L’accueil des jeunes filles mineures en conflit avec la loi. J’ai aussi assisté à mon premier orage sur place. Solide. Une nuit à l’hôtel TG, ça ne s’invente pas.

Cove Equipe 2Cove les constructionsUne des constructions de l'ONG Fraternité des prisons

Ce samedi, après un retour de plus de 4 hrs et l’achat de cacahuètes grillées (je vous avais dit que j’en trouverais), ce fut une après-midi de relâche : j’ai pris mes quartiers dans une charmante maison que l’on me prête le temps que mon logement de fonction soit prêt. J’en ai profité pour …me perdre dans la ville (60.000 habitants) ; plus de 2 heures de marche ! (ben oui quand on ne connait pas l’endroit où on loge, voilà ce qui arrive)… Bref, je dirais plutôt que j’ai commencé le sport de façon quelque peu forcée. Ai aussi rencontré et discuté avec le frère du Maire de Ouidah. J’ai terminé la soirée par l’engagement (à l’essai) d’un commis de cuisine pour aider notre chef et notre gérant dans leurs multiples tâches. Auparavant, j’avoue avoir englouti un bœuf bourguignon (faute à la marche de plus de deux heures) et pris en photo l’un des fleurons de notre restaurant La Maison du Soleil reconnue par le Petit Futé (excusez du peu).

Les langoustes de notre restaurantJardin

Ce dimanche, ce fut en quelque sorte la fête « d’adieu » de Jlou et Lucille… Moments d’émotion intense… couplé, dans mon chef, à un stress (normal me dit-on) en sachant que je suis le « repreneur ». Y a du taf, c’est le moins que l’on puisse dire.

1er constat : la plupart des contacts sont riches, l’aventure est belle, les incohérences sont bien présentes mais la volonté de bien faire aussi. Quant à l’électricité et le wi-fi, c’est à la Claude François…  « ça s’en va et ça revient… ». Personnellement ce serait plutôt une injure à la Haddock !

Pour les mauvaises langues qui diront que je ne fais que manger, je bois aussi…

Fifa 16 au Bénin

Voici déjà quelques citations entendues :

  • A propos de la corruption : « quand la bouche mange, elle ne parle pas »
  • « La confiance n’exclut pas le contrôle »
  • « Elle (ou ça) arrive/vient déjà », phrase clé lorsque l’on demande où on en est dans n’importe quelle situation.

La suite au prochain numéro…

Publicités

Catégories :Benin, Etats d'âme

Laisser un commentaire