Etats d'âme

Monologue …de la langue

langageNon il ne s’agit pas d’une bafouille quémandant aux femmes ce qu’est une « bonne langue ». Si je suis parfois d’humeur goguenarde et grivoise, je m’en garde dans mes écrits du moins pour cette fois.

Les registres (ou niveaux) de langue sont au nombre de trois : familier, courant et soutenu. Fainéant sur les bords… de la ligne (borderline m’a-t-on toujours dit), je ne vous en donnerai pas les détails. Google est aussi votre ami et quitte à taper autant que cela soit dans ce moteur de recherche.

Néanmoins, il faut parfois un pif fin, un nez fin, une péninsule (ou un cap) affûté(e) pour s’en sortir.

Depuis quelques temps déjà, l’effondrement des syntagmes et des déformations de paradigmes dénient le statut de la langue française. En outre, le besoin de « faire peuple », gymnastique à laquelle nous habituent d’habiles politiciens (langue de vipère – de bois – de feu – de chat,…), serait aussi à l’origine d’une propension à l’utilisation familière. Vous n’êtes pas au courant, pourtant cette idée est soutenue par beaucoup…
Sans compter qu’on peut aussi sous catégoriser le langage familier en argot et en populaire.

Je dis donc oui à la vulgarisation pour une meilleure compréhension et non à la béat…ification. (Ouille y a l’pape qui va me « canoniser »)…

Alors, t’as pigé-saisi-compris ?

1 réponse »

Laisser un commentaire