Traits d'Humour

Histoire de patinage. Artistique ou pas.

patinJe m’en reviens du patin. Je vois déjà d’ici les mauvaises langues. J’ai bien dit patin. Quoi qu’une mauvaise langue pourrait être responsable de ce qui suit.

J’en ai vu glisser, chuter,…rouler. Oui rouler.

Quelle curieuse expression que « rouler un patin ». Vous pourriez rétorquer que c’est moins douloureux qu’une pelle à cause du manche (oups, désolé) mais dans les deux cas, en cas d’échec, c’est le râteau…

Si l’échec est répétitif, je vous conseille d’ouvrir commerce d’outillage pour jardin. Ça n’engage que moi, c’est clair.

Mais saviez-vous qu’il y a un certain temps, chaque corporation avait son expression ?

« Rouler une saucisse » ou « une escalope », étaient des expressions réservées à la corporation des garçons bouchers-charcutiers ;

« Rouler une galoche » était le fait des savetiers-cordonniers ;

« Rouler une pelle » s’entendait pour les cantonniers qui s’appuyaient sur leur pioche pour ce faire (et ça, c’est la logique, après la pioche, la pelle) ;

« Rouler un patin » était le privilège du maître de maison quand passait à sa portée une servante appétissante.

Autant de professions ou de situations où on avait le temps de faire une pause. Depuis, avec les congés payés, les 38 h, etc, toutes ces expressions sont tombées dans le domaine public où elles sont partagées à l’envi.

Vous m’avez cru ?

Grosse erreur 🙂

Publicités

Catégories :Traits d'Humour

Tagué:, , , ,

Laisser un commentaire