Etats d'âme

L’équation de mon second degré

second-degreJ’adore pratiquer le second degré mais pas avec tout le monde : il faut s’assurer avant que les personnes soient au même étage… Parfois, j’utilise le 3ème, voire le 4ème… Et si je constate que cela est impossible, je redescends aussitôt au rez-de-chaussée afin, si nécessaire, de passer à la cave.

Mais ne me demandez pas de prendre l’ascenseur car il peut mener à l’échafaud.

Note explicative :

  • Le second degré, c’est l’art de l’ironie…
  • Dans le cas présent, étages et degrés se confondent…
  • Le rez-de-chaussée ne signifie en aucun cas être au ras des pâquerettes…
  • Passer à la cave, dans ce contexte, est une invitation que je me lance …à me taire.
  • Ascenseur… Echafaud, je vous renvoie à Louis Malle en 1958… Le crime (presque) parfait.

Note explicative de la note explicative :

  • L’ironie, c’est une espèce de décalage entre le discours et la réalité.
  • Etre au ras des pâquerettes, ce n’est pas les cueillir mais bien, intellectuellement, ne pas « être très haut »…et cela n’a rien à voir avec la taille.
  • Et la cave, c’est le sous-sol et c’est à ce moment-là que je préfère me taire.

Et si, par le plus grand des hasards, quelque chose vous échappe encore, je vous laisse le soin d’en tirer les conclusions.

 

Publicités

Laisser un commentaire