Etats d'âme

Ai rencontré Laurel et Hardy

« C’est moi le gros, c’est toi le… ». Une rencontre avec deux poids lourds. Mais hélas de pâles copies… Un an pour en faire le tour alors que Jules n’a mis que 80 jours pour celui du monde au travers ses personnages !
Si sympathiques lorsqu’ils sont dissociés,  si pathétiques lorsqu’ils sont réunis.  Les deux font la paire. Quant à savoir de quel type, là je dois bien vous avouer que je n’ai pas de réponse.
Depuis quelques temps, ils se sont lancés dans le cinéma après une rencontre avec un producteur de Bollywood.  Cela ne se présente qu’une seule fois dans une vie et ils ont donc sauté sur l’occasion. Je ne sais à l’heure actuelle si l’occasion a tenu le choc mais se prendre plus de 300 kg sur le bonnet, ça doit secouer.
Malgré le fait d’avoir roulé dans la farine leur petit monde, souhaitons-leur bon vent et sans odeur.
Et si l’échec devait être au bout du chemin, le catch pourrait être une porte de sortie. Là au moins, on peut balancer au gré de ses envies.
« C’est moi Laurel, c’est toi Hardy… »

Publicités

Catégories :Etats d'âme

Tagué:,

Laisser un commentaire