Etats d'âme

L’art de la récup

cafeAvez-vous constaté l’extraordinaire imagination qu’ont certaines personnes afin de transformer un objet tantôt désuet, tantôt voué à la casse ? Ils leurs rendent tout simplement la vie. Et ça, c’est beau dans une l’époque où la surconsommation règne accompagnée de son fidèle ami gaspillage.

D’un coup de baguette magique et d’huile de bras, une palette de bois se transforme en table ou en étagère, voire en lit. De vieux couverts en porte-manteaux, de vieux vêtements sont customisés et j’en passe.

A ces gens-là, Messieurs, Dames, je tire mon chapeau, ma casquette … Au choix. Là est ma pensée positive du jour.

La récupération peut aussi être bien moins noble. Que l’on puisse profiter d’une idée est une chose, il s’agit là d’un partage de connaissances, d’un truc, d’une astuce et je n’y vois donc pas malice. Cependant, il est de plus en plus fréquent que certains quidams veuillent s’approprier les idées d’autres. La nature humaine est ainsi faite. Mais ce n’est pas encore un véritable scandale.

Ce qui est par contre moins glorieux, c’est lorsque cette idée est reprise à d’autres fins ! Là, je m’insurge, je vocifère, je crie au crime de lèse-majesté. Et à ce niveau-là, le monde politique n’a plus rien à apprendre !  Ce monde politique que nous avons élu, qui est sensé nous représenter et trouver les solutions à nos problèmes. Ils sont même – parfois grassement – rémunérés pour cela ! Ne vous méprenez pas, loin de moi de mettre tous nos représentants dans le même sac. Dans la même tasse dans le cas présent !

Non, il faut encore, notamment à l’aube des élections et pour s’attirer la sympathie qu’ils, sans vergogne, volent des concepts lancés par des bénévoles, par des citoyens désireux d’aider les autres.

Et l’on y va avec les grandes envolées ; solidarité, partage… Ces mots si précieux à nous yeux dans une société que l’on a voulue individuelle, impersonnelle, égoïste.

Non Messieurs, Mesdames les élus, vous n’avez pas le monopole de la solidarité et du partage du moins dans la conception qui est la mienne.

Bref, soutenir une initiative est une chose, se l’approprier pour sa gloriole en est une autre ! Encore une occasion de ratée.

PS (ouh le vilain jeu de mot) : A vous, oui vous, je vous offre une tasse de café « suspendu » avant que vous ne la preniez (et ce dans tous les sens du terme) !!!

Laisser un commentaire