Etats d'âme

La Meuse coule et se tourner vers l’avenir coûte

L’espace d’un instant, vous vous êtes dits, nous voilà partis pour un cours de géographie du type la Meuse, long fleuve tranquille au bassin étroit, traversant la France, La Belgique et les Pays-Bas. De temps à autre débordante, elle coule des jours heureux. Que nenni !

S’il est de notoriété que vendre à tout prix est devenu le leitmotiv de quelques éditorialistes par le biais de buzz et autres, que la rapidité de publication prime sur la recherche réelle d’informations, force est de constater qu’on est en train de toucher le fond.

Je vais faire court car quand c’est mauvais, l’imagination fait place à l’indigestion. Deux feuilles de chou m’indisposent de plus en plus. Et je ne les citerai pas par déontologie (voir le titre de ce billet). Non je craque…

Deux petits exemples:

La Meuse

Meuse1

Et se tourner Vers l’Avenir vous en coûtera puisque dorénavant pour lire l’un ou l’autre faits sur le web, ce sera payant. Au vu de la médiocrité de certains « papiers », la gratuité aurait pu rester le facteur « lecture » de ce type de feuille de chou. Non, trois fois non.

Une feuille de chou se définit comme tel : Journal sans importance, journal dépourvu d’intérêt et qui a un nombre insignifiants d’abonnés… Là j’en prends pour mon grade aussi avec mes pauvres petits abonnés mais moi je reste gratuit – du moins mes textes -.

Soit faisons bonne presse (citron) et à la prochaine pour, je l’espère, des moments plus joyeux.

Publicités

Catégories :Etats d'âme

Tagué:

Laisser un commentaire