Etats d'âme

Compte…de fée ?

C’est l’histoire d’Albert II et de Fabrice 1er *

570_570_8aea9ebfe8f1fa4f0ae0becdf92cd8af-1373355205Albert II souhaiterait, au vu de la réduction de sa dotation, que l’Etat prenne en charge certains de ses frais…

Fabrice 1er, quant à lui, s’est rendu dans plusieurs banques pour obtenir un prêt…

Les charges qu’Albert II estime devoir être supportées par l’Etat (nous) sont de l’ordre du chauffage, de l’entretien de son humble demeure et du carburant de son yacht… (à ne pas confondre avec le yak qui est un ruminant aussi).

La demande de Fabrice 1er porterait sur un montant de 25000 euros afin de lancer son projet professionnel… Moins que le coût annuel des frais de coiffeur de Paola.

Albert II travaille au corps et en coulisse auprès de ses « amis » politiques… mais ce n’est pas simple.

Fabrice 1er œuvre en toute transparence auprès des institutions financières mais ce n’est pas simple, non plus. Pourtant, Fabrice 1er et bon nombre de citoyens ont participé au refinancement des banques… Et si le banquier dispose toujours de son emploi, c’est un peu grâce à lui, non ?

En cas de refus – qui aurait été annoncé -, Albert II pourra toujours compter sur sa dotation de 923.000 euros…

En cas de refus – ce qui semble probable sans garanties -, Fabrice 1er, lui, pourra toujours courir…

Moralité : n’est pas roi qui veut !!!

* Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne sont pas fortuites.  

Publicités

Laisser un commentaire