Etats d'âme

La tête au dessus de la cuvette de la décence

dyn010_original_500_461_jpeg_39665_8d517b744c5b1ff0783a646298bf4f02

Il n’est pas rare qu’à l’aube d’élections l’on nous matraque d’éthique en politique; que ce soit pour les mandataires, les fonctionnaires & cie.

Science de la morale et des moeurs, l’éthique, qui devrait être le moteur du politique, semble ne pas faire bon ménage avec ce dernier; inutile de vous rappeler les « affaires » qui ont toujours tendance à poindre le bout du nez juste au moment où il faut. Curieux, non ?

A croire que certains gardent les casseroles au chaud pour les ressortir à froid le moment venu… Non, je ne peux pas y croire, ce n’est pas possible, si ?

Personnellement, j’aurais davantage envie de parler des tics en politique et ce pour la raison qu’ils se répètent bien trop souvent. Et toc !

De là à penser que nos politiques sont des as de la phonétique…

Quant à l’après élection ?

Au diable les promesses électorales, au diable la plus grosse partie des programmes. Quant il s’agit de défendre sa place, son poste, on est prêt à tout, même à renier ses propres convictions, mais toujours au nom « du bien être du citoyen » (sic et non tic, quoi que)…

Cohérence, durée sont d’autres mots galvaudés. Comment expliquer le dédoublement de fonctions, comment expliquer le cumul de mandat, comment expliquer 5 ministres en 10 ans en matière d’enseignement, etc, etc… « Latin », ai-je envie de dire !

Mais nous sommes des citoyens lambda, nous n’y comprenons rien bien entendu.

« Mettez-vous en garde contre ces belles promesses, elles cachent souvent la plus infâme des tromperies » – G. Maury

J’en terminerai avec le rappel d’un post de 2013…

Je vis dans un pays où il fait bon vivre, je vis dans un pays où le mensonge est roi !

– pays dans lequel une banque a plus de valeurs qu’un être humain ;
– pays dans lequel on accepte la création d’organismes (Asbl, Intercommunales,…) qui vont pallier aux déficiences du monde politique (pour autant que ce même monde ne soit pas le pourvoyeur de fonds desdits organismes) et dans lesquels on retrouve des élus grassement rémunérés ;
– pays dans lequel on crée un décret inscription pour laisser des élèves sans école ;
– pays dans lequel on nous fait « miroiter » les panneaux solaires et l’électricité gratuite ;
– pays dans lequel on nous a promis le plein emploi en 2025 pendant que le chômage ne cesse de grimper ;
– pays dans lequel on supprime des taxes pour en créer de nouvelles bien plus « troubles ».
– pays dans lequel on vous fait croire que la loi Salduz donne droit à une justice pour tous ;
– pays dans lequel vous achetez un bien en sachant qu’il vous faudra toujours payer pour son utilisation ;
– pays dans lequel on « criminalise » les indépendants ;
– pays dans lequel un salarié moyen belge travaille jusqu’en août pour payer les dépenses publiques ;
– pays dans lequel un belge sur deux ne sait plus faire d’économie ;
– pays dans lequel on nous avait promis que l’arrivée de l’euro allait contribuer à améliorer notre mode de vie ;
– pays dans lequel on ne cesse d’aller dans la poche du contribuable afin de pallier aux déficiences des élus tout en agitant l’excuse des impératifs européens ;
– pays dans lequel on tente de nous faire croire que les étrangers sont une menace ;
– pays dans lequel nous votons pour s’entendre dire par après que « nos choix » ne peuvent assumer leurs promesses au nom du consensus.

Je vis dans un pays dans lequel, après lecture de ce message, l’on me dira sans doute : « Mais casse-toi alors, pauv’ con… »

J’ai vraiment la tête au-dessus de la cuvette de la décence.

Publicités

Laisser un commentaire